Comme une pluie marine

Au matin de nos jours qui se rencontrent enfin 
et esquissent, et projettent, et rêvent de chemins
par-delà les cloisons surmontées d'aubépines


L'oiseau-lyre superbe, quand Orphée erre encore,
à l'heure grise, le soir où enfle la mémoire,
siffle d'avenir fou les fils ténus des Moires


Dans ton regard offert à un monde parjure
tant de fois oublieux de ton nom, plein des tiens, 
une profonde aurore où s'abîment les cieux


et ce jour encensé de soleil et de bois
où s'intimident les feuilles, les oiseaux fabuleux,
l'univers chamboulé par tes notes soudaines


comme une pluie marine au plus fort du désert.

@MC 22 mai 2021, publié dans la Revue Pojar, numéro 10 de mai 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s