Ne pas lâcher l’aurore,
frémissement du monde,
Ne rien perdre du temps
qui passe
comme ces révolutions silencieuses
au besoin de volcan,
laissées là par dépit,
rangées, assagies même,
dans le tiroir de l’être,
en guise de ressort.

Aspirations rouillées
pourtant sur le qui-vive,
soupçon contre la mort,
battements arthritiques,
au ralenti, mais souffle d’encore,
comme la voile frisson de vent nouveau
même déserte d’accalmie.


(24 Janvier 2018)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s